NOTIONS DE BASE : VDI

CABLE CUIVRE

Câble Cuivre : un câble cuivre est composé de paires torsadées et d’un blindage.

 

Paires torsadées : Une paire torsadée est une ligne de transmission formée de deux fils conducteurs enroulés en hélice l’un autour de l’autre. Cette configuration a pour but de maintenir précisément la distance entre les fils et de diminuer la diaphonie.

 

Blindage : Les paires torsadées sont souvent blindées afin de limiter les interférences. Comme le blindage est fait de métal, celui-ci constitue également un référentiel de masse. Le blindage peut être appliqué individuellement aux paires ou à l’ensemble formé par celles-ci. Lorsque le blindage est appliqué à l’ensemble des paires, on parle d’écrantage.

 

TYPES DE PAIRES TORSADEES

Paire torsadée non blindée / Unshielded twisted pair (UTP) - dénomination officielle U/UTP. La paire torsadée non blindée n’est entourée d’aucun blindage protecteur.

 

Paire torsadée écrantée / Foiled twisted pair (FTP) - dénomination officielle F/UTP. L'ensemble des paires torsadées a un blindage global assuré par une feuille d’aluminium. L’écran est disposé entre la gaine extérieure et les 4 paires torsadées. Les paires torsadées ne sont pas individuellement blindées.

 

Paire torsadée blindée / Shielded twisted pair (STP) - dénomination officielle U/FTP. Chaque paire torsadée blindée est entourée d’un écran en aluminium de façon similaire à un câble coaxial.

 

Paire torsadée doublement écrantée/ Foiled foiled twisted pair (FFTP) - dénomination officielle F/FTP. Chaque paire torsadée est entourée d'une couche conductrice de blindage en aluminium. L'ensemble des paires torsadées a un écran collectif en aluminium.

 

Paire torsadée écrantée et blindée / Shielded foiled twisted pair (SFTP) - dénomination officielle SF/UTP. Câble doté d’un double écran (feuille métallisée et tresse) commun à l’ensemble des paires. Les paires torsadées ne sont pas individuellement blindées contrairement à ce que le terme Shielded foiled twisted pair pourrait faire croire.

 

Paire torsadée doublement blindée / Shielded shielded twisted pair (SSTP) - dénomination officielle S/FTP. Chacune des paires est blindée par un écran en aluminium, et en plus la gaine extérieure est blindée par une tresse en cuivre étamé. Le terme SSTP ne signifie pas Shielded shielded twisted pair puisque les paires ne sont pas individuellement blindées par une tresse.

 

 

 

 

Tableau récapitulatif avec les dénominations officielles

(norme ISO/IEC 11801)

CATEGORIES DE CABLES CUIVRES

L’UTP est standardisé en diverses catégories d’intégrité du signal. Ces différentes catégories sont ratifiées par les autorités de normalisation américaines ANSI/TIA/EIA, Européenes CENELEC 50173, internationales ISO 11801, ou autres. La norme française définissant le câblage structuré reprend la version européenne, et suite à la traduction s'appelle: NF/EN 50173-1.

 

Catégorie 1 : La catégorie 1 n'a jamais existé. La première normalisation EIA/TIA 568 de 1990 a repris le concept de "qualités de câbles" 1 et 2 utilisées par un distributeur, et a commencé la numeration officielle à 3.

 

Catégorie 2 : La catégorie 2 n'a jamais existé. La première normalisation EIA/TIA 568 de 1990 a repris le concept de "qualités de câbles" 1 et 2 utilisées par un distributeur, et a commencé la numeration officielle a 3.

 

Catégorie 3 : La catégorie 3 est un type de câblage tésté à 16 MHz. Ce type de câble de nos jours ne sert principalement plus qu’à la téléphonie sur le marché commercial, aussi bien pour les lignes analogiques que numériques (systèmes téléphoniques, par exemple : Norstar, etc.). Il est également utilisé pour les réseaux Ethernet (10Mb/s). Ce type de câblage est en cours d’abandon (en 2007) par les opérateurs au bénéfice de câbles de catégorie 5 ou supérieure, pour la transmission de la voix comme des données. Le code couleur est jaune, vert, rouge, noir. Dans les systèmes de xDSL on prend le vert et le rouge pour transmettre les données.

 

Catégorie 4 : La catégorie 4 est un type de câblage testé à 20 MHz. Ce standard fut principalement utilisé pour les réseaux Token Ring à 16 Mbit/s ou les réseaux 10BASE-T1. Il fut rapidement remplacé par les catégories 5 et 5 e. Dans la norme actuelle  ANSI/TIA/EIA-568B, seule la catégorie 3 est décrite.

 

Catégorie 5 / Class D : L'ancienne catégorie 5 permet une bande passante de 100 MHz et une vitesse allant jusqu’à 100 Mbit/s. Ce standard permet l’utilisation du 100BASE-TX, ainsi que diverses applications de téléphonie ou de réseaux (Token ring, ATM). La Catégorie 5 est obsolète et remplacée par la catégorie 5e. A noter que dans la norme ISO 11801, depuis la version 2000, a renommé la nouvelle Catégorie 5e en Catégorie 5, alors que la normalisation nord-américaine conserve le terme "5e".

 

Catégorie 5e / classe De : La catégorie 5e (enhanced) peut permettre une quantité d'information allant jusqu’à 1 000 Mbit/s. C’est un type de câblage testé à 100 MHz (apparu dans la norme TIA/EIA-568B). La norme est une adaptation de la catégorie 5, améliorée pour permettre le Gigabit Ethernet. Le type de blindage et l’appairage en longueur ne sont pas spécifiés)2. Dans la norme ISO 11801, depuis 2000, cette catégorie est renommée Catégorie 5 / Class D.

 

Catégorie 6 / classe E : La catégorie 6 est un type de câblage testé jusqu'à 250 MHz. En théorie il devait permettre le 1000Base-TX, fonctionnant a 200MHz en 2 x 2 paires simplex au lieu de 77MHz en 4 paires full duplex. Ceci devait réduire les coûts de production des interfaces réseaux. Aucun fabricant n'a suivi et le 1000base-TX n'existe pas. Par contre, grâce à une moins forte résistance, le câble Catégorie 6 reste avantageux par rapport au Catégorie 5e pour l'utilisation de PoE où il permet des économies d'énergie.

 

Catégorie 6a / classe Ea : Ratifiée le 8 février 2008, la norme 6a est une extension de la catégorie 6 avec une bande passante de 500 MHz (norme ANSI/TIA/EIA-568-B.2-10). Cette norme permet le fonctionnement du10GBASE-T. Dans la norme internationale, le terme "6a" s'écrit "6A")

 

Catégorie 7 / classe F : La catégorie 7 est testée à 600 MHz3. Elle permet l’acheminement d’un signal de télévision modulé en bande VHF ou UHF, mais pas dans une bande satellite (qui nécessite une bande passante de 2 200 MHz). La catégorie 7 ne reconnaît pas le connecteur RJ45 et à la place en reconnaît 3 autres. À cause de ce manque de compatibilité, la Catégorie 7 est très peu utilisée.

 

Catégorie 7a / classe Fa : La catégorie 7a est testée à 1 GHz et permet un débit allant jusqu'à 10 Gbit/s, tout comme les catégories 6a et 7. Par contre, le connecteur RJ45 n'est pas reconnu, créant les mêmes difficultés que la Catégorie 7 pour connecter les équipements.

 

 

TYPES DE RACCORDEMENT CUIVRE

RJ11 : 1 paire torsadée, « connectique mâle »

 

RJ45 DROIT : 4 paires torsadées, norme TIA/EIA T568A ou TIA/EIA T568A, l’assignation des broches est identique à chaque extrémité du câble (Un cordons relié à la prise 1 d’un côté est à la prise 1 de l’autre côté), « connectique mâle ».

 

RJ45 CROISE : 4 paires torsadées, norme TIA/EIA T568A ou TIA/EIA T568A, utilisé pour connecter directement deux interfaces Ethernet entre elles (les fils d’émissions et de réceptions sont inversées), « connectique mâle ».

 

NOYAU RJ45 : prise murale, bandeau, carte réseau…, « prise femelle ».

 

REGLE DE POSE RJ45 : pour respecter les valeurs liées à la diaphonie, la norme impose un détorsadage des paires inférieur à 13mm.

 

 

 

TEST / CERTIFICATION

Le câblage réseau cuivre est contrôlé (appelé recette de test), ce qui permet de vérifier la performance de l’installation. Il existe plusieurs étapes.

 

CONTROLE VISUEL : permet de vérifier les règles de pose /  Absence d’écrasement et rayons de courbures corrects / Longueur de dégainage  et de détorsadage / Croisement ou dépairage /  Mise à la terre / Identification des connecteurs aux deux extrémités.

 

CONTROLE ELECTRIQUE : permet de vérifier grâce à un testeur statique, le raccordement des connecteurs (pairage, polarité, continuité, court-circuit, inversions et erreurs de câblage, identification et conformité).

 

CONTROLE DYNAMIQUE : permet de mesurer la capacité de transmission et de déterminer si l’installation réalisée est conforme à la classe souhaitée. Ce contrôleur (testeur) réalise un compte rendu détaillé et précis garantissant la qualification de l’installation (Permanent Link).

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© CAPCOMM 2019 - siret 788 561 868 000 19